4 questions à se poser avant d’acheter une nouvelle GTC / GTB

Un système d’automatisation de bâtiments obsolète peut vous coûter du temps et de l’argent, mais assurez-vous de savoir ce que vous voulez et ce que vous obtiendrez lorsque vous serez prêt pour une mise à niveau.

C’est le système nerveux central du bâtiment. Le cerveau de l’opération. Appelez ça comme vous voulez.

La GTB / GTC peut prendre des décisions au jour le jour quand il s’agit de questions allant de l’efficacité énergétique au confort en passant par la sécurité. Avec la quête d’intégrer une GTB / GTC, comprendre les pièges et les faiblesses des systèmes de contrôle d’un bâtiment est plus important que jamais.
Un exemple est le vol de données de Target en 2013. Des pirates informatiques ont pénétré le réseau du distributeur grâce aux mots de passe de l’entrepreneur CVC (ou HVAC comme vous voulez), ce qui a entraîné jusqu’à 110 millions de numéros de cartes de crédit de clients compromis. Bien que cet exemple soit extrême, il illustre la puissance du système de contrôle et les dommages potentiels qui peuvent être causés lorsqu’il n’est pas correctement mis en œuvre et sécurisé.
Les GTC / GTB sont de différentes saveurs. Il y a des systèmes exclusifs, des systèmes ouverts et un large spectre entre les deux. Un simple système d’automatisation du bâtiment (GTB / GTC) peut fournir une fonctionnalité d’auto-contrôle et un système de contrôle plus sophistiqué. Il peut fournir des analyses énergétiques complètes, des diagnostics et des diagnostics automatisés, ainsi que des contrôles d’éclairage et de sécurité.
Les exploitants ont le devoir de maintenir et de mettre à niveau constamment les systèmes nouveaux et existants afin d’assurer une efficacité énergétique, une fiabilité, une intégration et une sécurité optimales dans tous les établissements, tout en évitant les pièges qui peuvent entraver leur succès.
L’une des plus grandes questions auxquelles sont confrontés les exploitants concerne l’interconnexion et la maintenance de leur système de contrôle. Les exploitants doivent décider à quel point leur GTB / GTC doit être «ouverte» et intégrée, et évaluer l’impact sur les coûts initiaux, les contrats de maintenance et le processus d’approvisionnement. Les questions suivantes peuvent aider les exploitants à trouver la GTB / GTC le mieux adapté.

1. Faut-il encore insister ?
Un nouveau propriétaire hérite d’une GTB / GTC existant et obsolète où celui-ci devient une bombe à retardement. Peut-être que le système fonctionne encore assez bien, mais le fournisseur n’est plus capable de trouver les pièces de rechange nécessaires, ou le technicien du système doit venir d’une autre région, sinon le fournisseur ne supportera plus le système. Quelle que soit la raison, le logiciel, l’équipement ou l’obsolescence du fournisseur sont des occurrences courantes dans le cycle de vie de 10 à 15 ans d’une GTB / GTC.
Insister
est acceptable lorsque le système de contrôle fonctionne bien et peut être pris en charge. Mais, dès que les options se rétrécissent, il est temps de considérer que votre système est obsolète, mort …  Le report d’une mise à niveau de votre GTC / GTB au point où les composants essentiels sont inutilisables pose des risques pour le fonctionnement du bâtiment. Sans un plan adéquate en place, des réparations coûteuses et temporaires seront nécessaires. Les systèmes CVC modernes de bâtiments sont de plus en plus difficiles, voire impossibles, à faire fonctionner.
Une fois qu’un délai a été déterminé pour la fin de la durée de vie de la GTB / GTC, il peut s’écouler jusqu’à un an pour terminer la mise à niveau. En prenant en compte les saisons, il est plus optimal d’améliorer les commandes de chauffage en été et de refroidissement en hiver.
Élaborer un plan sur la façon dont le réaménagement sera financé. Il peut être avantageux de classer la mise à niveau dans le budget d’exploitation et de maintenance. De nombreux services publics offrent des incitations pour les mises à jour de GTB / GTC lors de la mise en œuvre de certaines mesures d’économie d’énergie. 

2. Le protocole ouvert signifie-t-il une concurrence ouverte?
On parle beaucoup de «systèmes ouverts» et de «protocoles ouverts». Tous les «systèmes ouverts» ne sont pas égaux. Ce que beaucoup d’exploitant ne réalisent pas, c’est que les produits GTB / GTC qui sont «ouverts» sur la brochure ont souvent des caractéristiques cachées et exclusives qui ne permettent pas à d’autres fournisseurs ou entrepreneurs d’entretenir les systèmes. Le résultat est que la compatibilité est toujours propriétaire.
Bien que l’équipement soit un protocole ouvert, l’interface principale / le frontal ou le logiciel peuvent toujours être propriétaires. Par exemple, un contrôleur de volume d’air variable (VAV) BACnet de n’importe quel fabricant peut être câblé dans le système, mais le fournisseur propriétaire doit encore être contacté pour programmer l’unité et l’ajouter à l’interface utilisateur graphique. Pour cette raison, vous pouvez trouver de nombreux bâtiments avec plusieurs systèmes d’automatisation, fonctionnant sur des réseaux et des ordinateurs séparés.
L’intégration complète est certainement disponible auprès des fournisseurs exclusifs; Cependant, les exploitants se retrouvent souvent face à des prix non compétitifs d’un fournisseur. En conséquence, l’exploitant est confronté soit à payer beaucoup plus que la valeur marchande d’un système intégré à un fournisseur unique, soit à faire fonctionner deux systèmes d’automatisation parallèles.
Selon l’équipement acheté, ou si un contrat existant est déjà en place, les exploitants pourraient se retrouver bloqués à un fournisseur spécifique pour la durée de vie du système de contrôle. Cela devient un piège lorsque le fournisseur offre un service, un prix, un temps de réponse ou une qualité de travail médiocre. Certains systèmes propriétaires ont leur propre réseau d’entrepreneurs autorisés qui ajoute un élément de concurrence. Avant de choisir l’un de ces systèmes, assurez-vous qu’il y a plus d’un entrepreneur autorisé dans votre région.
Pour certains, le fournisseur unique n’est pas un piège, mais plutôt une occasion d’intégrer réellement les systèmes et de rationaliser le contrôle et l’analyse sur un bâtiment unique ou un ensemble de bâtiments. Cette approche favorise généralement l’intégration d’une manière qu’un système ouvert ne peut pas. Plus grand et avec plus de ressources, les fournisseurs qui offrent des équipements et une maintenance propriétaires peuvent également être à la pointe de l’innovation.

3. La portée du système est-elle clairement définie?
Le véritable fonctionnement
d’un bâtiment est quelque chose qui vit et respire. Bien qu’il puisse y avoir un fonctionnement datant de la conception originale, ou même une analyse fonctionnelle établie, les bâtiments changent au fil du temps avec des changements d’utilisation de l’espace, des mises à niveau d’équipement, des réglages opérationnels et des mesures d’économie d’énergie. Il est rare que tous les détails de ces changements aient été documentés en un seul endroit. L’analyse fonctionnelle d’origine peut certainement être utile pour communiquer le fonctionnement dans son ensemble, mais peut présenter un piège coûteux si de nouvelles fonctionnalités et 20 années d’apprentissage ne sont pas mises en œuvre lorsqu’une mise à niveau est installée.
Au cours de la phase de tarification de la mise à niveau de GTB / GTC, il est important de communiquer clairement quelles sont les séquences de contrôle existantes et celles que l’entrepreneur développera. Un consultant sera-t-il embauché pour des séquences nouvelles et manquantes, ou cette responsabilité incombera-t-elle à l’entrepreneur?
Avant la démolition de l’ancien système, il est important de documenter autant que possible le fonctionnement actuel du système de contrôle. Les entrepreneurs missionnaires devront faire une meilleure estimation de ce qui est nécessaire pour combler l’écart si un ingénieur-conseil n’est pas embauché pour compléter l’analyse fonctionnelle existante. Les séquences et les points de consigne peuvent être passés en revue lors d’une séance de travail incluant l’ingénieur d’exploitation / propriétaire, l’entrepreneur et le consultant.

4. Êtes-vous prêt pour l’ouest sauvage?
Il est possible d’obtenir des protocoles vraiment ouverts avec les derniers systèmes de GTB / GTB. Mais il y a aussi un piège pour eux. Alors que les systèmes GTB / GTC sont plus rentables et qu’il y a plus de potentiel d’innovation que jamais, trouver le fournisseur de service optimal est un pari.
Comme il est possible d’utiliser n’importe quel fournisseur de protocole ouvert pour installer, configurer et concevoir une GTB / GTC ouverte, l’intégration matérielle, logicielle et de systèmes peut ne pas avoir le même niveau de test qu’avec une seule gamme de produits. Cela peut être dû à l’utilisation de plusieurs fournisseurs ou au manque d’expertise technique du fournisseur choisi.
Les fournisseurs GTC / GTB incluent de plus en plus des «systèmes convergents» dans leurs offres de produits. La proposition de valeur des systèmes convergés est que la même infrastructure, notamment le serveur frontal GTB / GTC et la “backbone” (colonne vertébrale) de communication, peut prendre en charge les systèmes de sécurité, le contrôle d’accès, les commandes d’éclairage, les systèmes d’alarme incendie et la connectivité Internet. Bien qu’il y ait des opportunités ici, il y a aussi des défis. Par exemple, la mise en œuvre d’un système convergent nécessiterait un niveau de coordination commerciale supérieur à la normale. Sur le plan opérationnel, l’infrastructure partagée est plus complexe et nécessite des capacités informatiques plus sophistiquées. Avec la complexité, il y a une augmentation inhérente du risque pour la sécurité et la fiabilité.
Comme pour toutes les grandes décisions de construction, considérez tout ce que vous savez et tout ce que vous ne savez pas. Envisagez de confier à un ingénieur spécialisé dans les contrôles le soin d’examiner l’équipement de contrôle actuel à l’échelle du bâtiment, demander à l’exploitant pour déterminer les fonctionnalités et les objectifs opérationnels nécessaires et créer une analyse du bâtiment et des recommandations.

 

Laisser un commentaire